Al Bertaux Pictures

“L'homme a ce choix : laisser entrer la lumière ou garder les volets fermés.”

Bienvenue

Albertaux

 

Depuis tout jeune j'ai été très attiré par la photo. J'ai démarré vers 12 ans avec un Kodak Brownie Camera, une sorte de cube avec un objectif rudimentaire qui permettait de faire des photos 6x6. Il y avait même un dispositif de pose auquel  je ne comprenais pas à quoi cela servait.

Et puis j’ai eu bien sûr d’autres appareils photo, mais j’étais très attiré par le reflex que j’ai eu dans les années 80. Un Nikon. J’étais fasciné par la notion d’objectif interchangeable, avec (règle à l’époque) un 35mm et un 100mm. Je me suis bien éclaté avec les pellicules noir et blanc que je développais moi même avec plus ou moins de bonheur !

De reflex en reflex, d’objectif en objectif, je suis passé à la diapositive avec laquelle je commençais à faire du tri et tentais de les montrer dans un certain ordre.

C’est dans les années 2000 que j’eus mon premier appareil numérique, un bridge avec zoom intégré… et les premiers balbutiements avec les logiciels de retouche très rudimentaires de l’époque.

Maintenant j’ai depuis quelques années déjà un Nikon D90 avec un Nikkor 18-200 et je fais mes retouches avec Lightroom et Photoshop. Ce qui me permet de continuer à faire des photos de famille mais aussi des photos un peu plus sophistiquées que l’on peut présenter dans divers concours régionaux. Et puis aussi des panoramas et des diaporamas plus construits où on peut raconter une histoire sans trop de difficultés.

Et la vidéo ? Je pense que j'ai été encore plus attiré (je dirais même fasciné) par le cinéma. C'est vers l'age de 18 ans que mon père acheta une caméra 8mm d'occasion, qui bien sûr avait un objectif de mauvaise qualité et une cellule incontrôlable !!. Pas grave...J'ai commencé comme cela et dès que possible, vers 26 ans je me suis acheté une camera super 8 Canon 614 qui avait pas mal de fonctionnalités pour l'époque, avec plusieurs vitesses de prise de vue et même un ralenti !

Et là ça été le déclic. Prises de vues puis montage avec la visionneuse et la colleuse. J'avais un projecteur qui avait un petit micro et vu qu'on pouvait acheter des cassettes de film avec une bande magnétique, je pouvais même faire du son... C'était quand même peu ergonomique, compliqué pour un résultat moyen. Mais c'était chouette.

Mais la révolution était en marche. J'ai eu un caméscope VHS-C de marque JVC, qui était très lourde à porter, puis un caméscope S-VHS où la qualité était meilleure. On me l'a volée en Italie !! Alors Sony avait sorti les premiers caméscopes numériques de poing : l’ère numérique était arrivée avec le DV. J'en ai eu plusieurs avant de passer à la HD.

Question montage, j'ai quand même attendu pas mal de temps jusqu'au moment ou Adobe a sorti son logiciel Première. J'ai démarré avec la version 3.1. Maintenant avec les logiciels d’aujourd’hui (je suis resté fidèle à Adobe) monter et faire des films est un vrai plaisir.

 

Commentaire

Envoi du formulaire...

Le serveur a rencontré une erreur.

Formulaire reçu.